26ème congrès de l'AFPEN

Deauville 2019

 
Conférence simultanée vendredi 20 septembre de 15H00 à 15H45
 

ATTENTION COMPLET

 

PNG - 42.8 ko

Julie COHEN SALMON

est Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Rouen, Laboratoire, CRFDP, EA 7475, Membre temporaire, Université Paris Descartes, Laboratoire PCPP, EA 4056.
 
 
 
 
 
 
 
 
Elle est l’auteure de :
 
- Cohen-Salmon, J. (2015). L’abolition du passé et le tabou du féminin, Une lecture de "Sa Majesté des Mouches" de William Golding.Cliniques méditerranéennes, n°92.
 
- Cohen-Salmon, J. (2015). Sexualité et sensori-motricité durant la période de latence. Cahiers de psychologie clinique, 45, 2 p. 205-223.
 
- Cohen-Salmon, J., Marty F. (2018). L’agitation chez l’enfant pendant la latence : Une addiction précoce ? Psychologie clinique et projective, 1, 24, p.265-289.
 
Communications :
 
- 2018 : Colloque de la Revue Dialogue à Rouen– Vœux suicidaires chez une enfant en âge de latence – La question du placement familial
 
- 2018 : Colloque, Université de Strasbourg « L’enfant non conforme – Corps, normes, classifications » - Titre de la communication : Relation d’objet et recours à la motricité chez des filles en âge de latence.
 
 
 

Diversité des traitements de la détresse chez l’enfant en âge de latence : une façon d’appréhender les difficultés scolaires ?

 
 
Résumé :
 
Les enfants sont, par nature, des êtres humains dépendants. Livrés à eux-mêmes, ils seraient des êtres en détresse. Le roman, Sa Majesté des Mouches, illustre bien les différentes formes que peut prendre le traitement de la détresse chez l’enfant. L’évitement de la détresse, celui des sensations et des affects qu’elle véhicule, conduirait en un recours défensif à la violence agie. A l’inverse, la prise en considération, par l’enfant, de son incomplétude, inhiberait le recours à la violence, favorisant la capacité de rêverie, et le plaisir de penser si important à la latence. Sa Majesté des mouches illustre ce qui est en jeu chez bon nombre d’enfants d’âge scolaire. Nous ajouterions à ce double traitement (violence ou pensée), un troisième qui est celui du faux self. Il se présenterait, lui aussi, comme une défense contre les éprouvés de détresse, d’une autre nature que le recours à la violence agie. Nous envisageons l’étude de ces trois modalités de traitement de la détresse à partir de la mise en tensions de différentes situations cliniques. Notre réflexion introduira cette question : l’évitement défensif des éprouvés de détresse, chez l’enfant latent, nous permet-il de mieux comprendre certaines difficultés scolaires, leur nature et leur origine ?
 
 
Réferences Bibliographiques
 
- Cohen-Salmon, J. (2015). L’abolition du passé et le tabou du féminin, Une lecture de "Sa Majesté des Mouches" de William Golding. Cliniques méditerranéennes, n°92.
 
- Freud, S. (1911). Formulations sur les deux principes du cours des événements psychiques. Résultats, idées, problèmes. 1, Paris : PUF, 2011, p.135-143.
 
- Golding, W. (1956). Sa Majesté des Mouches. Paris : Folio.
 
- Winnicott, D.W. (1970). Distorsion du moi en fonction du vrai et du faux self. Processus de maturation chez l’enfant. Paris, Gallimard.
 
 
 
retour au programme du congrès